Conserver ou clôturer son plan épargne logement

Le Plan Epargne Logement (PEL) affiche un rendement net de 2,11%, et se distingue ainsi dans le paysage des produits de placements garantis. Le PEL s’avère être très utile pour faire fructifier ses liquidités, avec ou sans projet immobilier. Mais des rumeurs font que les titulaires d’un vieux PEL feraient peut-être mieux d’examiner leur situation.

De simples rumeurs ?

Les rumeurs continuent à courir, même si le ministre du Budget, Bernard Cazeneuve, a réfuté tout projet de réforme du plan épargne logement (PEL). En effet, le contexte actuel fait que ce placement sans risque et au rendement garanti soit devenu incontournable. Une future réforme ne devrait concerner que les futurs plans, parce que le plan épargne logement dans sa version actuelle (en vigueur depuis le 1er mars 2011) a plus à perdre qu’à gagner, si jamais il est remanié.

4,62% de rendement !

Pour le moment, les vieux titulaires d’un PEL sont heureux, parce qu’ils bénéficient d’un taux très avantageux. En effet, le rendement de ce placement d’épargne s’élève jusqu’à 4,62% pour la génération de plans commercialisée entre 1986 et 1994 ! Douze ans après, le PEL devient imposable à l’impôt sur le revenu, en plus des contributions sociales dues dans tous les cas, qui s’élèvent à 15,50%. Ainsi, il est préférable de garder précieusement l’ancien PEL si le titulaire ne paie pas d’impôt. Mais dans le cas contraire, il vaut peut-être mieux faire une croix sur ce taux de rémunération historique, et repartir sur un produit de placement défiscalisé. Pour les autres, cela dépend de leur taux marginal d’imposition (TMI). Pour cela, il faut se référer sur le dernier avis d’imposition de revenu net imposable, ou le calculer en fonction des derniers revenus, c’est-à-dire en 2013. Ensuite, diviser ce chiffre par le nombre de parts du foyer fiscal (deux pour un couple, trois pour un couple et deux enfants…). Enfin, reporter dans le barème ci-dessous le résultat pour voir votre TMI. Ainsi, vous allez voir par vous-même s’il est encore préférable de conserver votre ancien PEL.

Revenu net imposable par part de quotient familial

Taux marginal d’imposition (TMI)

Jusqu’à 6 011 euros 0%
6 011 euros à 11 991 euros 5,5%
11 991 euros à 26 631 euros 14%
26 631 euros à 71 397 euros 30%
71 397 euros à 151 200 euros 40%
Au-delà de 151 200 euros 45%

 

PEL, un placement qui continue à intéresser

Le Plan Epargne Logement (PEL) est un placement accessible à tous, même les personnes mineures, dans la limite d’un PEL par personne, et pour une durée de vie fixée actuellement à 15 ans. Le dépôt minimum est de 225 euros. Ensuite, il faudra verser au moins 540 euros par an, en une ou plusieurs fois en versements périodiques, avec un plafond s’élevant à 61 200 euros. Un des premiers atouts de ce placement est sa rémunération de 2,50% brut, soit 2,11% net de prélèvements sociaux, un taux fixé une fois pour toutes, lors de l’ouverture du plan, contrairement aux autres livrets réglementés dont le taux est susceptible d’être modifié deux fois par an par Bercy. Ainsi, le PEL est aujourd’hui le placement réglementé le mieux rémunéré du marché, loin devant les 1,25% du Livret A.

Un horizon de placement de deux ans minimum

Tous les ans, à la fin de l’année, les pouvoirs publics établissent le taux des PEL qui seront ouverts l’année suivante, selon une formule. Mais cette dernière est assortie d’un plancher de 2,50%, en-dessous duquel le taux ne peut descendre, en dépit du faible niveau d’intérêt sur les marchés financiers. Mais il faut s’assurer que vous avez un horizon de placement de deux ans au minimum, avant de souscrire un PEL. En effet, la rémunération de ce placement épargne logement est recalculée au taux du compte épargne logement (CEL) en vigueur (0,75% actuellement), si vous le clôturez avant son second anniversaire.